actuel 139

COMMENTAIRE LIVRÉ PAR

L'alliance DRS

Un système ouvert afin de concevoir ensemble l’avenir des chemins de fer

COMMENTAIRE LIVRÉ PAR

Luc Vansteenkiste
Consultant, Luanconsult

La gestion des actifs financiers dans le secteur ferroviaire est un processus traditionnellement exécuté manuellement et souvent de « manière artisanale ».

Jusqu’il y a un siècle, cela n’était pas encore considéré comme un processus pouvant apporter une valeur ajoutée au réseau ferroviaire, que ce soit par l’augmentation de la fiabilité du réseau ou par l’allongement des durées d’utilisation.

En 2011, on m’a demandé de prendre la responsabilité du département Infrastructure Globale chez INFRABEL (gestionnaire d'infrastructure du réseau belge). Il était évident que nous devions introduire des procédés numériques aptes à faire avancer l’entreprise, puis par la suite l'ensemble du secteur. Un budget pour la maintenance du réseau avec des technologies numériques a été mis à disposition. Cela ne nous a pas seulement aidé à diminuer les coûts mais également à rendre les actifs du réseau ferroviaire plus sûrs, plus fiables et plus disponibles.

C’est ainsi qu’en plus de la gestion des actifs numériques avec l’aide d’applications ERP (Entreprise Resource Planning), Infrabel a introduit les outils suivants :

  • tablettes, processus numérisés et check-lists pour la maintenance, qui ont permis de réduire le besoin en maintenance manuelle de plus de 25%
  • Actifs avec intelligence intégrée (il s’agit typiquement d’actifs de signalisation ou d’autres actifs qui utilisent de manière extensive la technologie PLC ou des capteurs intelligents).
  • Actifs bêta (ou actifs linéaires) dans les dispositifs de mesure de la voie, les capteurs et les drones qui doivent être surveillés par les trains de mesure.

Le projet fut couronné de succès. Voici les objectifs atteints :

  • Réduction des coûts de maintenance de plus de 15%, une intervention humaine n’étant plus nécessaire.
  • Augmentation de la sécurité, de la fiabilité et de la disponibilité
  • Gestion améliorée des coûts du cycle de vie des actifs par une maintenance optimisée et une amélioration de la qualité des données en temps réel des actifs, ce qui permet un remplacement des actifs en temps voulu.
  • Capacité améliorée du réseau car moins de sillons de voie sont monopolisés en raison des travaux de maintenance (inspection, maintenances préventives et correctives)

Enfin, le passage à la maintenance prédictive et à la gestion intelligente des actifs a eu lieu.

Perspectives

L'Alliance DRS (Digital Railway Solutions Alliance) est une initiative qui s’inscrit parfaitement dans la lignée de la vision et de l’objectif que je poursuis depuis que j’ai été nommé directeur de la gestion des actifs globaux chez Infrabel en 2011.

L’avenir de la mobilité dépendra fortement du secteur ferroviaire et de l’infrastructure ferroviaire existante. La Commission européenne s’est prononcée pour le doublement du transport de marchandise d’ici à 2050 et le triplement du transport ferroviaire à grande vitesse. En appliquant cette stratégie, la Commission européenne prendra un tournant durable en faveur d’une mobilité sans émissions tandis que le secteur du transport ferroviaire sera plus efficace et plus résistant.

La numérisation du secteur ferroviaire et l’innovation dans ce secteur devraient nous ouvrir la voie vers une sécurité accrue et une capacité améliorée avec l'utilisation plus efficace de l'infrastructure existante. De plus en plus de fournisseurs développent et fournissent des produits et prestations numériques. Cela pose le défi unique de rendre ces offres cohérentes.


L'Alliance DRS

L'Alliance DRS est une alliance ayant pour objectif d’encourager et de coordonner le développement de solutions compètes transversales (E2E). L’industrie ferroviaire a besoin de telles solutions afin d’atteindre ces objectifs par l’optimisation des capacités de l’infrastructure existante avec l’aide de la maintenance prédictive, la robotisation et d'une sécurité renforcée. L’approche de l'Alliance DRS est importante car aucune organisation ne peut aujourd'hui fournir seule les solutions dont l’industrie ferroviaire a besoin pour atteindre ces objectifs. L'Alliance DRS est un système qui rassemble l’expertise de différents domaines spécialisés, qui sont nécessaires pour fournir des services complets E2E. Par ailleurs, elle garantira l’interconnectivité nécessaire des solutions, encouragera l’émergence d’une vision commune et soutiendra l’industrie ferroviaire dans ce processus de transformation grâce à des solutions numériques. La transition vers un système ouvert à tous les acteurs existants et futurs contribuera activement à l'avenir des systèmes ferroviaires numérisés et permettra à tous les partenaires de développer des solutions viables pour le secteur ferroviaire mondial.


Le secteur ferroviaire mondial évolue rapidement afin de remplir son rôle de solution de mobilité durable pour l'avenir. De nombreuses initiatives sont actuellement créées, toutes soutenues par de grands programmes de numérisation. L’introduction du European Train Control System (ETCS) et de l’Automatic Train Operation (ATO) augmentera encore plus la sécurité et l’efficacité du transport ferroviaire. Actuellement, le projet Timetable Redesign Project (TTR) est en cours. Il s’agit d’un projet européen mené par le RailNetEurope (RNE). L’objectif est d’adapter plus précisément le processus d’attribution des capacités au marché, tout en réduisant la perte de capacités due aux sillons non utilisés. Les coûts du projet sont estimés à 700 millions d’euros. Il apportera cependant une grande valeur ajoutée au secteur. On estime à 4% le gain de capacité en raison du projet TTR. Cela permettra d’économiser 16 milliards d’euros qui auraient sinon été investis dans de nouvelles capacités physiques.

Le défi posé à l'Alliance DRS est de présenter une étude de cas similaire et de s’assurer qu’au moins 4% de capacités supplémentaires pourront être gagnés. Cela devra se faire en empêchant les pertes de capacités en raison des mesures de la voie, des travaux de maintenance ou des dysfonctionnements de l’infrastructure qui entraînent des pannes.

L’objectif final de la numérisation doit être de fournir au secteur ferroviaire mondial une plus grande valeur ajoutée tangible et mesurable par une plus grande disponibilité et une sécurité accrue de l’infrastructure.

L'Alliance DRS est une initiative qui s’inscrit parfaitement dans la vision et l’objectif que je poursuis depuis que j’ai été nommé directeur de la gestion des actifs globaux chez Infrabel en 2011. Je suis convaincu que l'Alliance DRS est la bonne manière pour atteindre ces objectifs et pour contribuer à ce que le secteur ferroviaire puisse remplir son rôle principal en tant que solution de mobilité d’avenir.