actuel 135

La caténaire dans le projet du siècle : la traversée des Alpes sur deux voies

Après la mise en service du Tunnel de base du Saint-Gothard en Suisse, le monde ferroviaire européen place de grandes attentes dans l’avancement des deux tubes sur le Monte Ceneri.

Europten

Cette entreprise dont le siège social se situe en Autriche existe depuis 98 ans. Son expérience avec les engins de travaux de Plasser & Theurer remonte au début des années 1980 où tout a débuté avec des engins motorisés à nacelles de la série MTW. De nos jours, Europten travaille avec les meilleures draisines pour caténaires disponibles sur le marché, telles que la MTW 100.216 ou le HTW 100 E³ avec entraînement hybride.

La finalisation de ce projet du siècle intitulé Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes, abrégé par NLFA, approche avec succès. Depuis février 2018, l’entreprise EUROPTEN travaille en tant qu’expert sur la pose de caténaires dans le tunnel du Ceneri, long de 15 km. Pour le rail d’alimentation électrique au plafond, environ 60 000 trous doivent être percés. Ils sont nécessaires pour assurer les 4 500 points d’appui, le système de mise à la terre et la technique de commutation (16,7 Hz). 1 000 tonnes de matériau sont destinées à la seule caténaire : approvisionnement, pré-stockage, déchargement et montage. Les équipes de montage, de 9 personnes chacune, travaillent en deux équipes journalières. Tout est planifié avec précision. En raison de la longueur du tunnel, la logistique doit être adaptée : faire marche arrière pour aller chercher quelque chose rapidement n'est pas possible. Le matin, à 6 heures, la première équipe se rend dans le tunnel avec l’équipement nécessaire. L’équipe ne revient qu’à 22h30. Entre-temps a lieu un changement d’équipe à 14h30 par le second tube. L’unité de montage spécialement adaptée reste dans le tunnel en permanence et est tractée par le HTW 100 E³.

« L’entraînement hybride du HTW rend le travail nettement plus agréable. Il est silencieux et n’émet aucun gaz d’échappement dans le tunnel », commente le chef de projet Rudolf Wank. « En outre, il améliore le confort de travail et la qualité de la pose par un réglage exact de la vitesse de travail. »

L’installation complète doit être mise en service pour la première fois en mars 2020. En dehors du tunnel, plus de 7 km de voies d’accès doivent être électrifiées. Les zones de transition de la caténaire entre la voie béton en tunnel et la superstructure ballastée en dehors représentent un défi, comme le précise Rudolf Wank : « Les tolérances dans la hauteur de la caténaire se calculent en millimètres. Le pantographe ne doit pas se relever, à la pression d’application nominale de 7 à 8 kg, afin de réduire les étincelles et ainsi l’usure. »

À l’été 2020, le Tunnel Ceneri électrifié doit entrer en phase de test auprès des SBB. Ensuite, il sera possible de traverser les Alpes à une vitesse pouvant atteindre jusqu’à 250 km/h.